Fruits basket RPG

Incarnez un membre des douzes signes ou autres et faites votre place dans le monde de Fruits Basket !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oh Happy Day } pv agito/akito & rei.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Oh Happy Day } pv agito/akito & rei.   Mer 24 Fév - 11:00

    Aujourd'hui, ce n'était pas un monde où il faisait trop mauvais, mais pas un jour où il faisait trop beau non plus ni un jour où l'orage frappait et où donc, elle n'aurait pu sortir. Le temps qui s'offrait à elle était propice pour de nombreuses choses si seulement elle avait aimé joué au badmington, nager dans une piscine, faire du football ou tout simplement discuter avec des amis. Mais vous vous doutez bien qu'Akito Sôma n'était pas de ces personnes-là un peu futiles qu'un rien ne contente. Le temps d'aujourd'hui l'insupportait au plus au point et pourtant...elle ne pouvait résistait à l'idée de sortir un peu prendre l'air, les oiseaux chantants sur le rebord de son perron l'insupportant. Quoi de plus désagréable qu'un piaf qui chante dès son réveil voire avant ? Et comme si cela ne suffisait que de la rendre d'encore plus mauvaise humeur, ces maudits piafs lui rappelaient justement la malédiction du coq qui s'était brisé il y a plus de cinq ans, maintenant. La jeune chef de famille souffla. Il était vraiment temps de prendre l'air et de s'absenter discrètement.

    D'un geste, Akito se retrouva nue. Sans oser porter un regard au maigre avorton qui lui servait de poitrine, le enfila le pantalon et haut noirs qu'elle mettait pour sortir. Non, elle ne resterait pas en kimono. Même si cet habit était de tradition au Japon, elle n'avait pour le moment aucune envie de se trimbaler dans le vêtement dans lequel elle avait dormi. 'Fin bref. Akito Sôma enfila une paire de chaussure de la même couleur que son haut avant de se diriger vers la sortie.

    La jeune femme évita, ce jour-là, comme par miracle toutes les gouvernantes, servantes de son pavillon. Quant aux autres, elle n'en avait véritablement rien à faire, celles-ci devant l'ignorer totalement pour la bonne raison qu'elles ne l'avaient sans doute jamais vue. Pour tout dire, elle eut même droit à un « chuut » insistant de la part d'une autre jeune femme alors qu'elle passait juste devant la chambre de Momiji. Un regard furieux bien placé la remit cependant à sa place, et Akito s'éclipsa tranquillement du manoir où elle avait toujours vécu. Elle ne s'était jamais trop souvent exploré seule à l'extérieur, et les rares fois où elle sortait, elle se trouvait toujours accompagnée, soit disant car c'était trop dangereux pour elle, qu'elle risquait de se perdre ou de tomber sur des personnes louches. Mais qui pourrait tomber sur des personnes louches dans le joli petit monde de Fruits Basket, là où les oiseaux gazouillent et où les seules personnes qui vous courent après veulent vous rendre votre casquette perdue ?

    Tokyô était vraiment trop grand. Elle comprenait maintenant pour tout le monde voulait l'accompagner et aurait vraisemblablement dû prendre une poignée de cailloux blancs pour faire comme le petit poucet. Était-elle perdue ? Non, sans doute que non mais elle ne savait plus où elle était. Akito s'arrêta devant un magasin vendant des mets salés orientaux tout préparés et sorti un billet de sa poche : au moins, elle avait pensé à emmener quelque argent, et le tendit au vendeur tout en lui désignant une, deux brochettes fries. Alors, Akito alla s'asseoir sur un banc pour avaler cette nourriture du peuple qui ne lui semblait pas vraiment bonne, à vrai dire, mais dont l'odeur l'alléchait de la même façon que l'odeur de kebab attire les gens dans une rue. Elle fit tomber un bout de viande et aussitôt, un oiseau un peu moins amateur de graine que les autres se précipita vers elle, pas du tout intimidé par son aura agressive et s'approcha d'elle. Akito aurait vraiment préféré que Kureno reste le même plutôt que les oiseau lient un lien d'amitié avec elle ; et même si d'habitude, elle aimait ces oiseaux qui se posaient sur sa manche – ce que ne tarda pas à faire le-dit oiseau – aujourd'hui, cela la rendait nostalgique, malheureuse.

    Akito Sôma brisa quelque peu l'image de Dieu qu'on entendait d'elle et bougea – par la même occasion – brusquement le bras qui servait de perchoir :

    « Dégage sale piaf, je suis de mauvaise humeur ! »

    Akito soupira de nouveau avant de scruter de nouveau l'horizon. La personne qui arrivait devant elle lui disait terriblement quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Akito/Agito
Maudit
Maudit
avatar

Rang : l¤l~Maudit du tigre~l¤l
Masculin
Votre personnage
Nom du personnage: Akito/Agito Sôma
Age : 18 ans
Relation:

MessageSujet: Re: Oh Happy Day } pv agito/akito & rei.   Mer 24 Fév - 12:07

La journée semblait gorgée de soleil, les oiseaux sifflotaient et paradaient dans les airs. Akito regardait d'un air amusé, tentant de les attraper, s'amusant, sautillant gaiement, habillé de ses vêtements habituels. Il était en dehors du manoir, une fois de plus. Une autre personne était sortie avant lui, Akito Sôma, le chef de la famille Sôma, il le regardait curieusement passé devant lui, il semblait de mauvaise humeur, pour le moment, mieux valait le laisser en paix. Le maudit du tigre restait tranquillement sur les marches contemplant le ciel parsemé de nuages aux formes variées. Le temps passait lentement, l'envie de changer d'air le démangeait et l'ennui s'était installé chez l'adolescent de dix huit ans. Il se leva et se dirigea en direction de la ville, patinant tranquillement, sillonant les rues.
Tokyô était un vaste terrain de jeu, parsemée de nombreux ''accessoires'' pour s'adonner au plaisir de la glisse, la sensation de vitesse était un pur bonheur. Les rues étaient gorgées de monde, rendant la liberté de mouvement plus réduites mais consistait aussi en un challenge attrayant, permettant de chercher les moindres failles entre chaque passant et s'y engouffrer. Les gens le regardaient bizarrement, se retournant, s'arrêtant et le dévisageant complétement. Il se sentait mis à nu, la gêne s'installait progressivement, croisant ses bras sur son torse, la tête enfouie, s'accroupissant lentement. Il se mettait à murmurer avec un sentiment de mal être grandissant.

''Pourquoi vous me regarder? Laissez moi tranquille, laissez moi seul.''

Les larmes emplissaient ses yeux, il tremblait comme une feuille, il essuya ses larmes d'un revers de manche, basculant son bandeau de l'autre côté. Il était temps de lui laisser la place, il savait mieux gérer ce genre de situation. Agito prenait donc les choses en mains. Il se releva lentement, tel un pantin, les bras balant, laissant ses manches traîner sur le sol, un regard malsain et sadique se dessinait sur son visage, son oeil droit d'un jaune doré ne laissait transparaître qu'une fine fente en guise de pupille. Il regarda les passants les uns après les autres, les intimidant au passage. Il inspira une grande bouffée d'air avant de se mettre à gueuler.

''Vous avez pas bientôt fini de me reluquer? Dégagez bandes d'abrutis, ou je vais vous exploser. Foutez le camp.''

Les passants reprirent leurs marches, de façons accélérées ou non, évitant à nouveau de croiser son regard. Il était en colère, se remettant en route, explosant d'un coup de patin une poubelle, l'éventrant au passage. Les boutiques défilaient, dont pas mal de restaurant, la faim tenaillait son estomac, il fouillait les poches à la recherche d'un peu de monnaie, mais en vain, il n'avait rien. Il rageait intérieurement, il ne pouvait pas se payer de quoi manger, faute d'argent. Ses narines reniflaient avidement les odeurs de nourritures, inspirant de nouveaux grondements de la part de son estomac.
Il repéra un doux parfums de brochettes se peaufiner, Agito replaça de l'autre côté son bandeau, relaissant Akito prendre les rênes. Un mince filet de bave commençait à couler de ses lèvres, se dirigeant vers l'odeur de brochettes. Il arriva devant un banc, Akito reconnu rapidement le chef de la famille, avec un oiseau siègeant sur le bras de celui-ci. Un sourire se dessinait sur le visage de l'affamé, se rapprochant toujours plus vers cette scène amusante, voyant que l'oiseau se fît chasser d'un brusque geste de la main, voletant vers l'arbre le plus proche. Il était maintenant devant lui, souriant gaiement, le filet de bave coulant toujours.

''Ohayo Akito-sama. Vous allez bien? Dites, dites, vous pourriez me donner un bout s'il vous plaît? J'ai les crocs, euh... j'ai faim pardon, et j'ai pas d'argent pour me payer quoi que se soit.''

Il se mit à faire des allers-retours du regard entre Akito et les brochettes, toujours aussi affamé, avide de nourriture, surtout de cette viande qui semblait si appétissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rei Kyôya
Maudit
Maudit
avatar

Rang : ~l¤l Maudit de la licorne~Dark Vocaloid l¤l~
Féminin
Votre personnage
Nom du personnage: Rei Kyôya
Age : 15 ans
Relation: Il y en a trop... Oo Allez sur ma fiche de liens, ce sera plus simple. ^^'

MessageSujet: Re: Oh Happy Day } pv agito/akito & rei.   Jeu 25 Fév - 10:31

C'était une magnifique journée pour rester enfermé à la maison. Rei prit alors une douche et se vêtit d'une jupe noire à plie, d'un tee-shirt rose avec en son centre une rose noir. Elle enfila alors de longues chaussettes qui lui arrivaient jusqu'à la moitié de sa cuisse. Une fois avoir coiffé ses longs cheveux noir de jais, elle prit son sac à bandoulière noir et descendit les escaliers arrivé devant la porte d’entrée, elle enfila alors ses bottes noirs à sangle et sortit de la maison. Après quelques minutes de marches elle arriva alors dans le centre ville. Elle marchait le long de la rue commerçante. Rei éprouvait une telle sensation de bonheur et de bien-être qu’elle avait l’impression de sentir son corps devenir aussi léger qu’une plume. Depuis peu, elle avait l’impression d’oublier tout ses soucis et ses problèmes. Peut-être étais-ce dût à ses nouvelles rencontres. Tout lui semblait différent, ce monde qui lui semblait au par avant éteint et gris, à ses yeux, en cet instant, il semblait doucement à ce colorer. Sur les trottoirs, la foule était dense, mais l’adolescente n’eu aucun mal à se frayer un chemin tout en restant prudemment sur ses gardes de peur de heurté un garçon au passage. Elle passa devant des librairies, des magasins de disques, des cinémas et devant différents magasins. La jeune fille se mit à penser à ce qu’elle pourrait bien faire maintenant. Peut-être des courses ? Après quelques minutes de réflexion, elle se détourna de cette idée. Cependant, une odeur de friture lui vint au nez et Rei détourna alors son attention sûr un stand qui vendait des brochettes. C’était la première fois qu’elle le voyait, comme Rei traînait souvent ici, elle connaissait bien l’endroit, et ce stand à toute évidence venait seulement de s’ouvrir. La jeune fille n’avait pas particulièrement faim, cependant pousser par l’envie de goûter à ces brochettes, elle s’en acheta quatre. Après avoir payé, elle reprit alors de nouveau sa route, tenant dans ses bras le sachet en papier renfermant les brochettes.

Elle leva alors son visage vers le ciel regardant un groupe voler au dessus de sa tête. Rei ne pût s’empêcher de se sentir envieuse, ils semblaient tellement libre, rien ne les entravaient ou les retenaient. Ils volaient au gré du vent, sans aucune attache. Il est vrai qu’il y a quelques mois, l’adolescente aurait pensé n’avoir aucune attache, personne ne lui manquait, personne ne l’attendait. Mais aujourd’hui tout avait changé, deux de ses cousins avaient à présent emménagés chez elle. De plus elle ne se trouvait plus seule au lycée. La seule chose qui n’avait en aucun cas changé et qui ne changera sans doute jamais, c’était la haine que lui portait sa mère. Baissant un instant les yeux, elle afficha un petit sourire triste. Elle avait beau dire que cela ne l’affectait pas, c’était un mensonge, mais que faire ? Quoi qu’elle fasse cela ne changerait pas. Son attention se porta alors sûr un jeune homme assis sûr un des bancs juste devant elle. Il semblait triste, pourquoi ? Elle l’avait déjà vu quelque part, mais où ? Rei s’était arrêtée, essayant de ce souvenir où elle aurait pût apercevoir cet homme. Cependant, un adolescent qui semblait un peu plus âgé que la jeune fille, alla à la rencontre de l’inconnu. Visiblement il semblait le connaître, il lui fit un grand sourire et Rei vit un filet de bave couler lentement de la bouche du jeune homme montrant ainsi à quel point il était affamé, relookant la brochette que l’inconnu tenait dans sa main d’un œil avide.

''Ohayo Akito-sama. Vous allez bien? Dites, dites, vous pourriez me donner un bout s'il vous plaît? J'ai les crocs, euh... j'ai faim pardon, et j'ai pas d'argent pour me payer quoi que se soit.''

Mais oui, c'est ça ! Il s'agissait d'Akito Sôma, le chef du clan de la famille Sôma. Elle l'avait brièvement aperçu dans le manoir des Kyôya. Il dégageait de cette personne une aura sombre et pesante, voir même étouffante. Cependant malgré le visage sévère qu'il affichait à ce moment et le regard glacial qu'il lui avait lancer, Rei ne pût s'empêcher de penser qu'il ce sentait triste. Etrange. Elle ne savait même pas pourquoi, en ce cours instant elle avait pensé ça... Elle porta alors son attention sûr l'adolescent qui l'avait rejoint. Vu la façon dont il s'adressait à Akito, il devait également s’agir d'un Sôma et peut-être même d'un maudit. Sans s’en apercevoir Rei resta un instant figé se demandant si elle devait le saluer. Auparavant elle avait eu une discussion avec la petite Shoko Sôma qui lui avait apprit qu’Akito n’appréciait pas vraiment les Kyôya. Mais si par hasard, il l’apercevait et qu’il l’avait reconnu ? Si, elle ne le saluait pas peut-être qu’il le prendrait mal ? Cependant bien que tout le monde ce méfiait de lui, Rei voulait quand même apprendre à le connaître. Il n’y avait aucune mauvaise raison à cela, elle était juste persuadée que malgré les apparences le chef de famille était une bonne personne. Elle s’approcha alors de l’adolescent le filet de bave coulant toujours de sa bouche, elle se prit une des quatre brochettes puis elle lui tendit le sachet. Lui faisant un petit sourire, elle s’adressa alors à lui.

[Rei] : Tiens, si tu veux tu peux prendre mes brochettes.
J’en ai trop prises.

Ni voyer pas de la charité, ce n’était pas le cas. Cela aurait été sans doute blessant pour l’adolescent. C’était seulement que les grondements d’estomac du jeune homme devenait de plus en plus sourd. Ce qui emmena Rei à penser que visiblement il n’avait pas d’argent sûr lui alors elle pouvait bien lui donner les trois brochettes qu’elle avait en trop. Elle décida alors de ce présenter à Akito. La pluspart des personnes auraient sans doute changer de rue afin d'éviter de le croiser ou de le saluer. Elle se plaça devant lui et s'inclina alors légèrement devant lui avant de lui adresser d'un ton calme et confiant.

[Rei] : Nous n'avons pas eu l'occassion de ce présenter lors de votre venue au manoir Kyôya, Monsieur Akito.
Je suis Rei Kyôya, enchanté.

Rei était une des trois personnes à être possédés par l'esprit de la licorne. Même si la licorne des Kyôya et le chat des Sôma étaient tout les deux les rejetés. Il n'y avait sans doute aucune chance qu'Akito connaisse la jeune fille et encore moins l'esprit par lequel elle était maudite. Elle resta là, immobile et silencieuse, aucunement troublée par l'aura agressive qui ce dégageait encore et toujours du chef des Sôma, attendant une quelconque réponse d'Akito. Elle ne craignait pas vraiment de ce faire envoyer balader, si elle le mettait en colère il lui aurait suffit pour elle qu'elle s'en aille....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh Happy Day } pv agito/akito & rei.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh Happy Day } pv agito/akito & rei.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Akito [Humain]
» Happy Material!? (spoiler from Negima!? 14)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fruits basket RPG :: Centre Ville :: Rues Commerçantes-
Sauter vers: